• Detail_mikrophonie_i_par_l_ensemble_sillages_2_plan_resserr__martin_boscher_d_finition_moyenne
  • Dsc_7097_d_finition_moyenne_catherine
  • Dsc_7064_d_finition_moyenne

projet Stockhausen ***

performance

A partir de la pièce Mikrophonie 1, pièce "bruitiste" de Karlheinz Stockhausen, datée de 1964.

Les musiciens explorent la surface d’un tam-tam avec des objets insolites, récoltent les sons avec des microphones, les transforment avec des filtres et potentiomètres.

     

     percussions : 

     Hélène Colombotti, Maxime Echardour

     microphones :

     Laurent Mariusse, Vincent Leterme

     filtres et potentiomètres :

     Jean-François Charles, Stéphane Sordet 

 

Stockhausen est parti d'un catalogue de bruits qui comprend 61 adjectifs (geignant, aboyant, éclatant, rugissant, grondant, tonnant, etc.), et a proposé une composition modulable, avec 33 moments.

Pour le festival Lieux Mouvants, Philippe Arrii-Blachette, directeur artistique de l'Ensemble Sillages, a retenu la "version de Bruxelles".

 

La danse, elle, est organisée par un ensemble de 17 fragments chorégraphiques. A partir de ces matériaux, Catherine Legrand et Dominique Jégou développent une spatialité en relation avec la centralité des 4 musiciens percussionnistes et microphonistes, ainsi que des procédures et jeux rythmiques liés à l'oeuvre de Stockhausen.

 

La tactilité des danseurs, en premier lieu avec le sol, et entre eux, se sur-imprime à celle des musiciens dans leur relation avec le tam-tam.

 

Véritable voyage cosmique à travers l’audacieuse Mikrophonie I  du visionnaire Karlheinz Stockhausen.


Les gestes du corps font écho à l’énergie des sons, questionnent le rapport à l’espace et au temps.

 

Lien vers l'Ensemble Sillages dirigé par Philippe Arrii-Blachette